Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet

Je m'abonne

Les News de l'assurance prêt

Entrez dans notre cercle Google plusDevenez fan dans notre FacebookSuivez-nous sur TwitterAbonnez-vous  notre Flux RSS

La maison, ça représente quoi pour vous ? Un refuge !

Raconter des histoires, nos histoires, des histoires vraies à travers quelque chose que nous avons en commun, c’est l’un des objectifs d’un blog.


Quelle est cette chose que nous pourrions avoir en commun et qui concernerait directement le thème de ce blog ?

Réponse : la maison, que vous la nommiez appartement, villa, pavillon, toit ou chez soi.

J’ai posé la question suivante à 40 d’entre vous :

« La maison, ça représente quoi pour vous ? »

Vos réponses ont été classées en 3 catégories :

  • La maison comme un refuge (45 % des personnes interrogées)
  • La maison comme la fin d’un long voyage (30 %)
  • La maison comme nouveau lieu de travail (25 %)

Cette semaine, honneur à la catégorie la plus représentée (l’article est publié sur 2 pages).

Même si je présente les résultats de cette façon, ne vous méprenez pas, il ne s’agit pas d’un sondage. Ce sont des témoignages. Chacun d’eux raconte l’histoire d’une personne avec une identité et vue sous l’angle de la maison.

C’est même tout le contraire d’un sondage qui se contente d’énumérer des chiffres sans visage et dont le résultat est un portrait type moyen qui ne ressemble à personne.

Cet ensemble de témoignages est bien plus instructif. D’ailleurs, si vous travaillez dans l’immobilier, je vous invite à le consulter et pourquoi pas, à vous inspirer.

bibliotheque-bulle

Un cocon, une bulle

Le premier témoignage est celui de Valérie Thuillier, Community Manager qui habite du côté de Grenoble (Voreppe):

« La maison représente tout pour moi. Ma maison. C’est mon cocon. Le lieu où rien de mauvais ne peut m’arriver. Pas seulement les murs si épais pour me protéger mais l’âme de la maison. L’âme des personnes disparues qui ont vécu dans cette maison, et qui de leur nouveau domicile continuent à veiller sur nous.
J’ai toujours été casanière, préférant mon « chez-moi » à celui des autres. La maison a toujours été très importante dans ma vie, quand j’étais ado il s’agissait surtout de « ma chambre ».
Autant j’aime partir en voyage découvrir de nouvelles contrées, autant j’adore rentrer dans ma maison. »

Delphine Sauret, graphiste et photographe de Montpellier, rejoint le témoignage de Valérie avec l’accent du Sud en plus.

« Ma maison c’est mon monde, ma bulle, mon univers. C’est donc un espace très intimiste où j’aime être entourée des choses que je prends plaisir à contempler. Ma maison est donc à mon image, chargée en objets et en meubles, chacun avec son histoire. Ma maison c’est mon antre où ma famille est en sécurité, physique et émotionnelle. J’aime partir… pour revenir et redécouvrir ma maison avec enchantement ! »

Sans vouloir briser l’image idyllique de ces descriptions, est-on vraiment sûr d’être à l’abri de tout chez soi ? L’agent immobilier nous a-t-il tout dit ? N’y a-t-il pas des vices cachés ? Le constructeur a-t-il bâti cette maison sans économiser sur les matériaux de construction ? Et on pourrait multiplier les questions pour chaque profession.

Un nid, un point de repère

Repartons du bon pied avec le témoignage de Johanna Gobetti, elle habite près de Chambéry et publie souvent sur les réseaux sociaux des photos de sa région sous la neige. Un témoignage à l’image du nom de sa société : Couleurs Bonheur !

neige-johanna-gobetti

«Ma maison c’est mon havre de paix, ma maison du bonheur.

Un lieu que j’ai petit à petit aménagé pour abriter notre amour, nos enfants, et j’espère prochainement nos petits enfants.

C’est un lieu ou nous avons pu connaître aussi la souffrance, la maladie, et ces éléments ont contribué à faire de nous ce que nous sommes aujourd’hui, parce ce que ce nid a permis de nous épauler, nous soutenir et nous rapprocher face à l’adversité. Parfois il a été le témoin de renaissance aussi.

Il est le lien avec nos enfants, le lieu de rassemblement, de partage et de convivialité.

Dans le futur, je l’imagine empli de rires et de chants, d’odeurs de confitures, de gâteaux, d’enfants qui vont et viennent dans le jardin, et où nous prendrons le temps de transmettre ces mêmes valeurs de famille, de traditions, de respect, de travail.

Aujourd’hui, je voyage…un peu et j’apprécie vraiment ces échappées lorsque je rentre de nouveau… à ma maison !»

Et Sandrine Connault (elle habite dans le sud de la Région Parisienne), écrivain public, exprime elle aussi l’aspect familial et intime de la maison.

« La maison est mon univers privé. Ses murs sont une protection contre le monde extérieur, celui de toutes les rencontres, de toutes les expériences où tout va trop vite dans le bruit et les « bousculements ». C’est un lieu intimiste, un refuge que je partage avec ma famille et mes proches pour en faire un endroit de convivialité, d’échanges en toute simplicité.  Elle est rassurante, confortable, personnelle. Elle est le témoin d’histoires heureuses et malheureuses, celles qui donnent une âme au-delà du temps. Elle est mon point de repère, car quelles que soient mes obligations extérieures, je sais que c’est là, que je reviendrai et que l’on m’attend. »

L’esprit familial

Un esprit familial qui domine aussi dans les témoignages de deux excellents blogueurs, d’abord Henri Rimbaud de Vaucresson (et son blog le Bien Veilleur) et du Nordiste (Tourcoing) Franck Lefebvre, mieux connu sous le nom de Papa Blogueur (le blog d’un père de famille) :

esprit-famille

« La maison, je vis en appartement alors je conserve une image d’Épinal précise Henri, l’hiver c’est le feu de cheminée, rester au chaud dans un doux cocon, espérer la neige à Noël… L’été, c’est le jardin et les barbecues, voire la table de ping pong, mais également la corvée de pelouse, tailler les haies, repeindre les volets, etc… La maison c’est résolument l’esprit familial, le lieu de réunion, famille et amis, faire la fête sans se soucier de perturber ses voisins, important cette notion, de ne pas avoir à supporter certaines nuisances, la maison nous en préserve, et c’est parfois ce que je regrette…

Côté négatif, la maison, c’est un peu la banlieue et cette génération de résidences qui se ressemblent toutes, un peu éloignées des centres de vie, l’obligation d’avoir une voiture, et la prédominance des centres commerciaux sans âme… »

« J’ai toujours été un peu casanier avoue Franck, peu de sport, peu d’activité, hormis le week-end. Donc la maison à toujours été mon chez moi. Etant jeune, ma chambre et ensuite Ma maison. Aujourd’hui c’est un foyer, une famille, un lieu de résidence où, en tant que propriétaire, père de famille et bricoleur, je peux en faire ce que je veux… si j’avais le temps, sigh ! »

Quittons un instant la France et atterrissons à Bamako (Mali). C’est toujours bon d’avoir un avis extérieur. Seydou Sogodogo qui se fera un plaisir de vous faire visiter l’Afrique de l’Ouest avec sa société Hogon Tours.

lire la suite de l’article

avec  les témoignages de Seydou Sogodogo, Sylvain Sengabandith, Laora Moussay,  Alexi Tauzin, Catherine Philibert Falk et Nancy Freyermuth

 seydou-sogodogo

Si cet article vous a plu? Vous avez une question ? Alors n'hésitez pas à poster un commentaire ou à vous abonner au flux RSS pour recevoir les prochains articles sur votre lecteur de news.
Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet Simulation Gratuite et Sans Engagement pour votre projet