Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet

Je m'abonne

Les News de l'assurance prêt

Entrez dans notre cercle Google plusDevenez fan dans notre FacebookSuivez-nous sur TwitterAbonnez-vous  notre Flux RSS

Les auto-entrepreneurs en danger ! 5 idées pour le comprendre

Personne ne peut faire semblant. Ni moi, ni vous et encore moins les hommes politiques. Les nouvelles technologies sont en train de bouleverser les mœurs et nos habitudes. Un penseur comme Michel Serres l’affirme en long et en large dans ses livres, ses conférences et ses interviews.

michel-serres-petite-poucette

«Face à ces mutations, sans doute convient-il d’inventer d’inimaginables nouveautés, hors les cadres désuets qui formatent encore nos conduites, nos médias, nos projets noyés dans la société du spectacle…» extrait de Petite Poucette, un essai de Michel Serres dont le sous-titre est « Le monde a tellement changé que les jeunes doivent tout réinventer : une manière de vivre ensemble, des institutions, une manière d’être et de connaître…»

De Petite Poucette aux Poussins, il n’y a qu’une plume !

Si les mœurs et les habitudes changent cela implique nécessairement que les structures doivent s’adapter. C’est exactement ce qui s’est produit il y a quelques années avec l’invention d’une figure nouvelle dans notre société, l’auto-entrepreneur.

Le gouvernement actuel a décidé de modifier les règles et d’aménager la loi sur l’auto-entrepreneur. La question à se poser pour savoir si ces modifications sont appropriées est la suivante : est-ce que ce projet suit l’évolution de notre société ? Autrement dit, cette structure modifiée sera-t-elle adaptée à nos mœurs et à nos nouvelles habitudes ?

Pour bien le comprendre, passons au crible la mesure visant à limiter dans le temps le statut de l’auto-entrepreneur (2 ans) ?

Il faut avant toute chose avoir à l’esprit un principe absolu qui est à la base des 5 idées simples qui caractérisent l’auto-entrepreneur. 5 idées qui seraient mises à mal si la durée de ce statut était remise en question.

Ce principe est : « L’auto-entrepreneur est seul » (même si le conjoint est autorisé à l’aider).

jai-papier

Seul avec la paperasse !

1- L’auto-entrepreneur est seul pour tout faire, les démarches administratives comprises. Et s’il peut se consacrer entièrement à son travail, c’est profitable pour tous. La paperasse ne doit pas l’envahir. 4 déclarations par an, une ligne à remplir sur un formulaire en ligne. Encore ne doit-il pas oublier les échéances ! Disons que c’est faisable. Si au bout de deux ans, on lui demande de suivre une formation de comptable pour administrer sa société, il risque de se noyer !

Seul mais indépendant !

2- L’auto-entrepreneur est seul et indépendant. Pourquoi indépendant ? Je parle de mon expérience. On est nombreux parmi les auto-entrepreneurs à avoir plusieurs années d’expérience dans de grandes entreprises. C’est indispensable, ça fait partie d’un parcours professionnel classique. Dans ces entreprises, il est extrêmement difficile de faire son chemin et d’être (re)connu à sa juste valeur. On doit alors emprunter d’autres chemins, pas encore balisés. C’est là que l’on trouve l’auto-entrepreneur. Il a enfin les mains libres, sans la contrainte d’une dizaine de managers placés au-dessus de lui pour approuver une ligne de texte. Il peut donner libre cours à sa créativité, à ce qui le rend unique. Pour cela, il a besoin d’avoir carte blanche. Auto-entrepreneur, c’est l’étiquette « indépendant » de l’entrepreneuriat français !

Seul et savoir-faire

3- Seul car l’auto-entrepreneur a un savoir-faire unique. Une compétence qu’il cultive dans sa vie, une véritable passion. C’est sur cela que misent leurs clients. C’est la meilleure façon qu’ils ont de se démarquer de leurs concurrents. L’auto-entrepreneur est un artisan, il fait du « sur mesure » pas du « prêt-à-porter ». Et ça ne l’intéresse pas forcément de franchir le cap de la grande distribution.

Cela signifie que c’est aussi l’unique interlocuteur du début à la fin de votre collaboration. C’est une bonne chose pour le client. Il vous a choisi, il a choisi votre savoir-faire et il ne vivra pas la décevante expérience de devoir traiter avec la secrétaire, l’associé ou le stagiaire à peine débarqué ! C’est une relation directe.

Il avance à son rythme

4- L’auto-entrepreneur est seul car il avance à son rythme. Les autres auto-entrepreneurs, je les croise à 6h du matin sur les réseaux sociaux. Quand la plupart des entreprises françaises ont encore les portes fermées et l’alarme enclenchée. S’il fallait convaincre tout le personnel qu’il vaut mieux commencer à l’aube, on risque une mobilisation de tous les syndicats ! Et ça serait légitime. Je ne peux pas imposer aux autres mon rythme de travail. Il dépend d’une dizaine de critères qui sont différents des critères de mes collègues. Ces rythmes sont typiques de ces temps nouveaux qui suivent le métronome des nouvelles technologies.

Allant à son rythme, 2 ans, c’est peu pour se faire connaître et avoir une clientèle fidèle. Le risque de déstockage lui pend au nez !

destockage

Je ne veux pas devenir un supermarché !

5- Seul comme la France. Pour une fois, la France n’a pas dix ans de retard comme on le lit souvent quand on parle des métiers du web sur le reste du monde. Pour une fois, elle a 10 ans d’avance. Un pays comme l’Italie sortirait de la crise si ses responsables politiques avaient mis en place le statut de l’auto-entrepreneur.

L’auto-entrepreneur n’est pas un entrepreneur dans l’âme. S’il a l’esprit d’entreprise, il ne devient pas auto-entrepreneur. Il crée son entreprise et se moque de l’auto-entrepreneur. Chacun son truc ! Allez vous baladez dans votre quartier et demandez à votre cordonnier, coiffeur, boulanger et tous les petits commerçants d’abandonner leur boutique et d’aller bosser dans un supermarché. Que vont-ils vous répondre ? Oui avec grand plaisir ! Non, je ne crois pas. C’est la même comparaison entre l’auto-entrepreneur et l’entrepreneur. Dans deux ans, je ne veux pas devenir un supermarché. L’auto-entrepreneur est comme le commerçant de quartier. (lire « Le web c’est mieux que le supermarché« )

Solidarité

Parfois, il est moins seul car des amitiés collaboratives se créent sur les réseaux et il n’est pas rare de voir un auto-entrepreneur prêter main forte à un autre auto-entrepreneur ou entrepreneur tout court. Parfois, ils se lancent un défi commun comme c’est le cas avec le BlogStorming. Mes échanges ces derniers jours avec Franck Girard, Sophie Trinquand, Sandrine Laurent, Claire Quévy, Daniel Do, Nancy Freyermuth, Hélène Louazel, Catherine Millet et les autres participants au prochain BlogStorming en sont un bon signe. Cette solidarité est un rouage essentiel de sa réussite. Celle qui permet de transformer une relation professionnelle et commerciale en relation humaine.

L’auto-entrepreneur est d’ailleurs au centre du sujet de ce BlogStorming sur le travail à distance. Si le travail à distance augmente, c’est aussi parce qu’il existe ce régime qui convient aux freelances. L’objectif d’une loi limitant la durée de ce statut va contre le sens de l’histoire et donnerait un coup d’arrêt au travail à distance.

Le BlogStorming organisé par Assurance de Prêt Online qui se déroulera du 14 au 17 mai est une formidable occasion de faire du buzz et de nourrir google pour défendre cette nouvelle figure de notre paysage professionnel, l’auto-entrepreneur. C’est de cette façon que l’on peut contribuer à faire prendre conscience aux responsables politiques de cette réalité. Soyez présents, venez témoigner à votre tour.

defense-des-poussins-auto-entrepreneur

Poussins

En attendant, je vous invite à soutenir les poussins en cliquant sur ce lien :

La défense des poussins. Sauvons le régime de l’auto-entrepreneur

Le blog d’Assurance de Prêt Online est un exemple concret, car il n’existerait pas sous cette forme s’il n’y avait pas le régime de l’auto-entrepreneur.

La citation de Michel Serres se termine de la façon suivante : « Je vois nos institutions luire d’un éclat semblable à celui des constellations dont les astronomes nous apprennent qu’elles sont mortes depuis longtemps déjà.»

L’enjeu est de taille, l’état français est-il à la hauteur ? La survie ou non de l’auto-entrepreneur en donnera la réponse.

à suivre…

Denis Gentile - Concepteur Rédacteur Web &  Blogueur

 

Crédits photographiques :
Déstockage : © Brad Pict – Fotolia.com
Si cet article vous a plu? Vous avez une question ? Alors n'hésitez pas à poster un commentaire ou à vous abonner au flux RSS pour recevoir les prochains articles sur votre lecteur de news.
  • estelle

    estelle cochet je commence à mieux y voir et votre demarche me fait me demander à quand la prochaine rencontre sur votre blog s ‘il vous plait ? merci

Simulation Gratuite et Sans Engagement pour l'valuation de votre projet Simulation Gratuite et Sans Engagement pour votre projet